Kit Vision

Schéma 1

Stéréogramme

Oeil droit

Oeil gauche

Point virtuel

Schéma 2

Stéréogramme

Oeil droit

Oeil gauche

Point virtuel

Présentation

La présente invention concerne un dispositif pour favoriser la visualisation des stéréogrammes, dont le principe consiste à permettre à l’observateur de faire facilement la mise au point visuelle dans le volume (ou dans une zone à proximité de celui-ci) où apparaît l’image tridimensionnelle.

Il peut s’appliquer aux stéréogrammes dont l’image tridimensionnelle résulte d’une vision convergente et à ceux dont elle résulte d’une vision divergente. La vision d’un stéréogramme peut en effet s’effectuer de 2 façons différentes :

 

  • En vision convergente: pour 2 points répétitifs côte-à-côte, l’œil droit intègre le point gauche et l’œil gauche intègre le point droit.

 

L’image virtuelle en relief apparaît dans ce cas devant l’image réelle plane: voir schéma 1.
 

  • En vision divergente: pour 2 points répétitifs côte-à-côte, l’œil droit intègre le point droit et l’œil gauche intègre le point gauche.

 

L’image virtuelle en relief apparaît dans ce cas derrière l’image réelle plane: voir schéma 2.


Dans les deux cas, un stéréogramme peut être visualisé sans appareillage. Cependant, nombreux sont ceux qui ont essayé sans avoir réussi à percevoir la fameuse image tridimensionnelle qui en résulte.

Le dispositif selon l’invention est une méthode rationnelle aidant l’observateur à percevoir l’image tridimensionnelle qui résulte du stéréogramme.

Nomenclature

  • OGOD = écart entre les deux yeux (Œil Droit – Œil Gauche).

  • IOD = distance entre l’œil droit et le centre de l’objet.

  • PGPD = écart entre 2 points (Point Gauche-Point Droit) répétitifs et consécutifs du stéréogramme (choisis de façon aléatoire).

  • Ep = écart le plus petit existant entre 2 points répétitifs et consécutifs du stéréogramme.

  • Eg = écart le plus grand existant entre 2 points répétitifs et consécutifs du stéréogramme.

  • PGI ou PDI = distance entre le centre de l’objet et un point du stéréogramme.

  • PDOD ou PGOD = distance entre l’œil droit et un point du stéréogramme.


Le dispositif se décompose en trois parties principales : voir Figure 3

La partie A doit permettre à l’observateur de maintenir sa tête parfaitement statique, afin de conserver la distance constante entre le plan des yeux et le stéréogramme pendant la durée de l’observation. Plus la taille du dispositif diminue, plus la précision de l’emplacement des 3 parties doit être importante.

Selon des modes particuliers de réalisation, le menton peut être posé sur un support solide et le front s’appuyer sur un élément rigide, dans le cas d’un dispositif de petite taille (distance œil-stéréogramme < 1 mètre) en particulier.

Dans le cas d’un dispositif de grande taille, (distance œil-stéréogramme = plusieurs mètres), il peut être envisageable de dessiner des traces de pieds dans lesquelles l’utilisateur doit se placer pour observer l’objet (partie B).

La partie C est constituée par un support statique destiné à l’emplacement du stéréogramme, situé dans le champ visuel de l’observateur.

La partie B est constituée par un objet plan ou volumineux, son volume devant rester inférieur à celui de l’image virtuelle tridimensionnelle, situé dans le champ de visualisation du stéréogramme.

En vision convergente, l’objet est situé devant le stéréogramme. La dimension et la forme de l’objet doivent donc être telles qu’elles n’empêchent pas la visualisation du stéréogramme, tout en attirant suffisamment le regard pour permettre la focalisation des yeux sur l’objet. Il est préférentiellement placé dans la zone centrale de visualisation du stéréogramme.Si le dispositif impose une grande précision quant à l’emplacement de l’objet, il laisse une importante liberté d’initiatives concernant la nature de l’objet et son mode de fixation. Le support de l’objet doit, bien entendu, être très discret ou transparent.En vision divergente, l’objet est situé derrière le stéréogramme. Outre le volume, la dimension et la forme de l’objet ne comportent donc pas de restriction particulière. L’utilisation du dispositif pour un stéréogramme à vision divergente peut nécessiter que le support sur lequel il est imprimé soit transparent afin que l’on puisse voir au travers l’objet situé derrière le stéréogramme.